Panier

📦Livraison en 48/72h Offerte

douleurs accouchement

Les douleurs avant et après l’accouchement

Table des matières
    Add a header to begin generating the table of contents

    Pour une femme, être enceinte, c’est une sensation étrange entre bonheur et crainte. Il faut bien l’admettre, il s’agit ici d’un long calvaire qui ne se termine que plusieurs moins après la naissance du bébé, si bien évidemment, tout se passe sans problème.

    L’accouchement est un travail de longue haleine. Tout au long du processus, la mère doit présenter une très grande tolérance à la douleur. La phase d’expulsion du bébé et du placenta est considérée comme étant la plus douloureuse et la plus difficile.

    Néanmoins, avant cette expulsion, la femme enceinte va passer par la fameuse phase de contraction qui indique que le travail commence. Et après l’accouchement, la mère n’est jamais à l’abri de quelques complications et sensations d’inconfort plus ou moins pénibles.

    👉🏻 Cet article n’a pas été rédigé pour susciter la crainte ou l’inquiétude chez les femmes enceintes, mais plutôt pour connaître l’existence de ces douleurs, de comprendre leur raison d’être et de s’y préparer mentalement.

    Les contractions durant la phase de travail

    Il faut d’abord savoir que l’accouchement comprend 3 phases :

    • le travail,
    • l’expulsion
    • la délivrance

    La phase de travail indique donc le début du processus d’accouchement. Elle permet la dilatation du col de l’utérus. Les douleurs lors de la phase de travail sont dues à les contractions utérines. Il s’agit ici d’un mécanisme involontaire.

    Bon nombre de femmes enceintes assimilent la douleur ressentie lors de la contraction à la crampe ressentie durant la dysménorrhée ou règle douloureuse. Les douleurs se feront surtout ressentir au niveau du bassin, dans le dos et peuvent s’étendre jusqu’aux jambes.

    Le niveau de douleur augmente de manière progressive durant le travail. Le travail peut se subdiviser en 3 phases :

    • la phase de latence,
    • la phase active
    • la phase de délivrance. 

    Durant la période de latence, l’intensité des contractions est faible. C’est à ce moment qu’elles ressemblent le plus à la douleur menstruelle. Ensuite, lorsque le col commence à se dilater et à atteindre 6 à 8 cm, la douleur commence alors à s’accroître, à devenir de plus en plus insupportable et à se prolonger.

    En effet, la durée des contractions devient plus longue et le laps de temps entre chaque contraction est plus limité. C’est ce qu’on appelle la phase active.

    Enfin, durant la phase de transition, la dilatation du col est achevée. Il atteint environ 10 cm. La douleur liée aux contractions va alors atteindre son paroxysme. La femme enceinte va alors avoir besoin du soutien moral de ses proches.

    Les tranchées après l’accouchement

    Durant la phase de travail et au cours de l’expulsion du fœtus, toutes les femmes vont ressentir inévitablement des douleurs, même si, il faut bien l’admettre chez certaines femmes, celles-ci peuvent être plus élevées que d’autres. Et il faut souligner que le niveau de tolérance à la douleur varie d’une personne à une autre.

    Néanmoins, il ne faut pas oublier que les sensations d’inconforts ne s’estomperont pas d’un seul coup après l’accouchement. En effet, le corps va passer par un processus de rétablissement et de récupération.

    Ainsi, après avoir hébergé le fœtus pendant 9 mois, l’utérus doit revenir à sa taille avant la grossesse. Pour cela, il va se rétracter en boule et se réduire. Ce processus va débuter quelques heures à peine après l’accouchement pour éviter une perte de sang excessive et va continuer pendant 4 à 8 semaines. 

    Les tranchées impliquent des contractions utérines. Et qui dit contraction de l’utérus dit douleur. En effet, les douleurs ressenties lors de cette phase ressemblent également aux crampes menstruelles : douleurs au bas ventre et au niveau des lombaires.

    Leur intensité est variable et dépend de chaque personne. Cette sensation est donc tout à fait normale. 

    Pour apaiser les douleurs, le médecin peut par exemple vous prescrire des médicaments AINS. Des méthodes naturelles telles que la miction régulière, l’utilisation d’une bouillotte ou le fait de s’étendre sur le ventre en plaçant un oreiller au niveau du bas-ventre sont aussi conseillées.

    À noter également que certaines femmes peuvent ne ressentir aucun inconfort lors des tranchées.

    Si la douleur persiste au bout de 8 semaines, si le saignement reste abondant, s’il y a des pertes accompagnées d’une mauvaise odeur ou encore s’il y a de la fièvre, il faudra tout de même contacter le médecin. Cela peut être dû à une infection. Nous en reparlerons ultérieurement.

    Les règles douloureuses après la période post-partum

    Il faut d’abord savoir que le saignement suivant l’accouchement ne constitue pas du sang menstruel. Le retour du cycle menstruel appelé retour de couche après l’accouchement varie d’une femme à une autre.

    Pour les femmes qui ne peuvent pas ou qui n’ont pas choisi d’allaiter, ce retour de couche va se situer entre 6 à 8 semaines après l’accouchement. Pour une femme qui allaite de façon régulière, le retour de couche peut se situer à vers après l’accouchement, lorsque le bébé n’est plus nourri au sein.

    Les premières menstruations peuvent être abondantes. Certaines femmes peuvent même être sujettes à des règles douloureuses ou dysménorrhée. La dysménorrhée se présente comme des crampes au niveau du bas-ventre. Les douleurs menstruelles peuvent ensuite s’étendre vers le pelvis, le bas du dos et les cuisses.

    Normalement, il n’y rien d’alarmant. La menstruation reviendra à la normale après quelques semaines ou quelques mois. L’AINS permet alors de soulager l’inconfort.

    L’endométrite, à ne pas confondre avec les règles douloureuses

    En effet, il faut noter que les douleurs abdominales peuvent être dues à une infection de l’utérus appelée endométrite.

    Cette infection implique une inflammation de la muqueuse utérine et provient par exemple de l’iatrogénie lors de l’accouchement ou d’une mauvaise hygiène lors du rétablissement. Les douleurs au niveau du ventre peuvent être accompagnées des pertes vaginales anormales, de saignements en dehors des règles, de la fièvre, de maux de tête, d’une hypersudation…

    Il est important d’intervenir rapidement en cas d’infection utérine, car cela expose la femme à diverses complications telles que le choc septique, l’abcès au niveau du bassin ou de l’utérus voire l’infertilité.

    Le traitement se fera alors à base d’antibiotiques, de probiotiques, par le curetage de l’utérus pour éliminer d’éventuels résidus placentaires…(a noter que notre ceinture menstruelle aide à cela) Pour éviter l’endométrite après l’accouchement, il est important de bien respecter l’hygiène intime.

    Derniers Articles Bye-Pain

    endométriose ou dysménorrhée

    Dysménorrhée ou endométriose ?

    🩸L’endométriose comme la dysménorrhée sont des affections qui touchent bon nombre de femmes à travers le monde. Elles sont caractérisées par des règles et crampes douloureuses, mais affectent également l’abdomen et l’organe uretère.

    Lire la suite »