Panier

📦Livraison en 48/72h Offerte

endométriose traitement

L’endométriose, cette maladie à l’origine des règles douloureuses

Table des matières
    Add a header to begin generating the table of contents

    Nombreux sont les pathologies et les dysfonctionnements pouvant être à l’origine de règles douloureuses. Parmi ceux-ci, on peut citer les troubles ovariens, les polypes de l’utérus, les infections génitales.

    L’endométriose figure ainsi parmi les maladies qui provoquent cette douleur parfois insupportable durant la période de menstruation. Néanmoins, il s’agit ici d’une pathologie encore peu connue. Et pourtant, les statistiques démontrent qu’environ 2 millions de femmes françaises en sont touchées, soit environ 10 %.

    Il s’agit ici d’un chiffre non-négligeable. Ainsi, nous allons nous attarder sur ce sujet.

    Qu’est-ce que les règles douloureuses ?

    Avant de parler de l’endométriose, il est important de parler de règles douloureuses qui surviennet un peu avant la menstruation et surtout pendant l’écoulement du sang menstruel.

    La règle douloureuse ou dysménorrhée est donc la sensation d’inconfort plus ou moins pénible que certaines femmes peuvent ressentir au cours du saignement ou de la menstruation.

    Chez ces femmes, la dysménorrhée peut se présenter sous forme de léger inconfort. Chez d’autres, il s’agirait plutôt d’une douleur modérée qui reste tout de même supportable. Mais il peut arriver que la douleur soit particulièrement handicapante.

    C’est notamment le cas de la crampe localisée au niveau du bas ventre. Cette douleur au niveau de l’abdomen peut également s’étendre vers le bas du dos et les cuisses. Elles peuvent alors être accompagnées d’une fièvre, de maux de tête et de problèmes digestifs tels que la nausée et le vomissement.

    En général, les crampes menstruelles sont bénignes et s’atténuent au fil des jours ou avec la prise d’un médicament adéquat. Elle peut tout de même être le symptôme d’une maladie gynécologique.

    Si la douleur pelvienne et abdominale est particulièrement intense ou si la dysménorrhée survient régulièrement alors que vous n’avez jamais été sujette à ce problème de santé, dans ce cas, il est conseillé de faire appel à un médecin. L’endométriose peut ainsi figurer parmi les pathologies en cause.

    L’endomètre, c’est quoi déjà ?

    L’endomètre est un tissu qui recouvre la partie interne de l’utérus. Durant le cycle menstruel, en raison de l’augmentation du niveau d’œstrogène et de progestérone, l’endomètre va gagner en épaisseur. Il s’agit ici d’un mécanisme physiologique permettant à l’utérus de se préparer à une éventuelle grossesse.

    Cet épaississement survient normalement après l’ovulation, durant la phase lutéale. Dans la mesure où la fécondation ne survient pas, le taux d’œstrogène et de progestérone va diminuer. Une partie de l’endomètre va alors se désagréger et sera évacuée lors des menstruations.

    Ainsi, ce tissu du paroi interne de l’utérus va s’affiner. Et bien évidemment, le mécanisme recommence au cours du prochain cycle.

    L’endométriose : quelle est cette maladie ?

    L’endométriose est une maladie qui peut atteindre toutes les femmes en âge de procréer, c’est-à-dire entre 15 à 50 ans.

    Néanmoins, dans des cas particuliers tels que le suivi d’un traitement hormonal, cette maladie peut également subsister après la ménopause. 

    Pour une femme sujette à l’endométriose, un tissu endométrial va se former à l’extérieur de l’utérus généralement au niveau pelvien et au niveau des ovaires. On parle alors d’endométriose interne puisque le phénomène se situe tout de même dans le corps utérin.

    Néanmoins, l’envahissement du tissu endométrial peut s’étendre jusqu’au niveau du côlon, de la vessie voire dans la partie interne du ventre. Il s’agit ici d’endométriose externe. Cela va alors causer des complications telles que les lésions et les kystes. L’endométriose peut être qualifiée d’hétérotopie, le fait qu’un élément se développe dans une partie du corps où il ne devrait pas se retrouver.

    Les causes de cette pathologie restent encore difficiles à expliquer. Néanmoins, les chercheurs et les médecins avancent différentes hypothèses s’agissant de l’endométriose externe. Parmi ceux-ci, on peut citer les menstruations rétrogrades. Il s’agit ici d’un phénomène qui implique une remontée d’une partie du sang menstruel vers la cavité abdominale en passant par les trompes de Fallope. Ce sang transporte avec lui des cellules endométriales. Si ce sang menstruel n’est pas éliminé par le corps, cela va favoriser la formation du tissu endométrial au niveau du paroi interne de l’abdomen.

    Les chercheurs et les médecins suspectent également le processus de métaplasie comme étant la cause de l’endométriose de la paroi abdominale. Les cellules du péritoine abdominal vont effectuer une mutation anormale. Ces cellules anormales vont ensuite passer par une phase de multiplication anarchique et va, de ce fait envahir ce territoire qu’est l’abdomen.

    L’endométriose : les signes et symptômes

    Comme susmentionné, l’endométriose est généralement accompagnée de douleurs abdominales et/ou pelviennes. Au stade initial de la maladie, les douleurs surviennent d’abord un peu avant et durant la menstruation.

    Elles peuvent également survenir durant les rapports sexuels, la défécation ou encore la miction. Lorsque l’endométriose est externe, ces douleurs peuvent bien évidemment se situer au niveau de la zone de localisation des tissus endométrials hétérotopiques.

    Ces douleurs peuvent être accompagnées d’autres symptômes tels que la fatigue chronique, le saut d’humeur et ceux liés à la dysménorrhée déjà mentionnés.

    Il faut tout de même noter que les symptômes peuvent ne pas apparaître avant que la maladie n’atteigne un stade avancé. Le risque d’infertilité sera alors particulièrement élevé.

    En effet, l’endométriose peut avoir un impact sur la fécondité en interférant sur le passage de l’ovule vers l’utérus par la trompe, en empêchant le processus de mûrissement de l’œuf ou encore la nidification dans l’utérus.

    Traitement de l’endométriose

    Il y a donc tout à fait intérêt à diagnostiquer l’endométriose le plus tôt possible pour pouvoir éviter les complications, mais également pour faciliter le traitement. Lorsqu’il n’arrive pas encore à un stade avancé, il est tout à fait possible d’effectuer une intervention chirurgicale.

    Néanmoins, le traitement n’est pas forcément nécessaire si la maladie n’est pas grave. Un contrôle régulier par un médecin sera tout de même indispensable pour garder un œil sur l’évolution de cette pathologie. L’endométriose va alors se désagréger à l’arrivée de la ménopause.

    Pour soulager les douleurs insupportables et handicapantes, des médicaments AINS peuvent alors être prescrits par le médecin.

    👉🏻 Des solutions non-médicamenteuses telles que l’ostéopathie, le sport, l’homéopathie ou notre ceinture menstruelle présentent également des résultats favorables.

    Derniers Articles Bye-Pain

    endométriose ou dysménorrhée

    Dysménorrhée ou endométriose ?

    🩸L’endométriose comme la dysménorrhée sont des affections qui touchent bon nombre de femmes à travers le monde. Elles sont caractérisées par des règles et crampes douloureuses, mais affectent également l’abdomen et l’organe uretère.

    Lire la suite »